35 - Très bel état, XXème S.


 

 

Chapitre IV

 

Sissi et nous

 

 

 

Sissi est une âme très sensible qui aime les animaux. Les animaux aussi, normalement, l’aiment et lui font confiance. Lila, depuis que Sissi a commencé à aider Christiane à la maison, l’avait pour meilleure amie. Le problème étant que, plus notre aide dépérit, plus l’une et l’autre se délaissent.

Sissi mériterait pourtant beaucoup d’affection, son petit frère lui en donne, mais peut-être pas Nath, sa petite sœur, je crois, qui m’a l’air d’être une teigne. Pour preuve, elle a pris Sissi pour faire son repassage, ce qui lui donne l’énergie de faire du sport et de se démonter les bras. Madame se permet même des arrêts maladie grâce à son bon salaire comparé à celui de Sissi, qui ne se les autorise pas par crainte de sa sœur, qui pourrait la juger feignante. C’est très mal venu, nous dirait Lila, ou même Simba, le roi chat qui vit avec Sissi, chat qu’elle a scrupuleusement adopté juste à deux mois.

Nath serait même capable de reprocher à sa grande sœur (ou petite, le problème est le même) de quitter le foyer familial à cinquante ans alors qu’elle-même a déjà deux enfants que Sissi adore. Celle-ci, qui est déjà très famille, a eu du mal à quitter ses parents, souffrant trop, de par sa sensibilité, de voir son père adoptif dépérir en premier.

Ses oncles du côté de son vrai père n’étaient pas des saints et ces antécédents-là, on les traîne toute une vie.

Il n’empêche que d’un père ou d’un autre, on ne doit pas se faire mener par le bout du nez par sa petite sœur, et encore moins avoir besoin, peut-être à cause d’elle, de se faire emmener aux urgences simplement par peur de demander du secours à la médecine au point d’en arriver au dernier recours.

Simba, révolte-toi ! Traite dégotiste cette teigne de sœur qui ne laisserait même pas son aînée se désaltérer pendant trois heures de repassage… Se laisser faire rendrait fou, ou pour faire cela, il faudrait être fou. Nous-mêmes, nous laissons toujours son quart d’heure boisson chaude à notre aide et ne la laisserions pas se faire servir des glaçons dans l’eau tiède du robinet, par Aglagla… qui roule en voiture de sport.

D’ailleurs, notre Linou, qui s’était fait enfermer dans la chambre d’ami, se rend compte qu’il n’y a rien à manger au pôle, mieux vaut être à Paul qu’un ours ou un chat au pôle. Virginie aime être à Paul, l’ours est maître au pôle, mais toi, Linou, serait contente d’être à Simba, maître à la métropole…

 

Eh oui, notre Linou, tu as un avenir devant toi et ne choisis pas le froid, tu préfères la chaleur et la lumière, qui réussissent aux chats. Mieux vaut être un chat qui se dore au soleil qu’un chien battu. « Mieux vaut être riche et en bonne santé que pauvre et malade », avait dit Coluche...

Sissi gagne moins qu’un adulte handicapé à faire le ménage. Pas à cause de la société, mais de cette famille, que, hélas, elle aime. Même son petit frère, qui veille à la santé des parents, ne peut avoir un œil sur sa sœur aînée qu’il aime. Elle a longtemps porté les parents. Il faudra que le relais vienne d’autres.

Une sœur aînée, si elle n’a pas d’enfant, ne sait plus sur qui s’appuyer, surtout quand elle est solitaire. Heureusement, elle a des amis et nous comptons sur eux, seules ressources.

 

Mickaël, qui réfléchit bien et a un cœur en or, avait pensé délester Sissi du travail de repassage chez nous en nous aidant pour acheter une centrale vapeur, ce que nous pourrons faire l’an prochain seulement. Mais l’urgence est de lui offrir un beau bijou formé de trois cœurs : un en or jaune, un en or rose et un en or blanc.

C’est Mickaël qui a trouvé l’idée et il était prêt à payer plus de la moitié du cadeau.

« Charité bien ordonnée commence par soi-même, Micky, on paie notre part même si tu en payes la plus grosse, et tu gardes l’argent pour une Virginie qui te choisira sans crainte. (Virginie aime être à Paul…)

Mickaël, je t’ai connu alors que je travaillais au musée, tu t’étais proposé comme bénévole en tant que voisin. Malgré ton handicap moteur, tu as fourni un excellent travail, constant et régulier en saison de tourisme. Grâce à toi, il y a treize ans bientôt, nous avons fait une belle saison et j’ai pu agrandir le musée en empiétant sur chez moi. Nous nous occupions chacun d’un bâtiment et fonctionnions avec une nouvelle salle vidéo en utilisant ma télévision, qui ne me servait pas. Malgré tout, tu n’as pas eu peur des marches.

C’est un bon souvenir, Micky, si je t’ai offert une des premières imprimantes laser couleur juste en fin de garantie, que tu as su entretenir, malgré le fort débit qu’elle avait donné. J’essaierai de te rendre ton aide humaine par plus d’aide humaine que j’en ai fait. Tu te rappelles de Monsieur plus, même si tu ne l’as pas mal vécu. Plus de salles, plus de visiteurs, car il fallait que je puisse nous rétribuer et je ne me versais presque pas de salaire (chose que mon aînée a comprise, raison pour laquelle elle m’a fait quitter le musée, même si elle n’y était pas actrice ni bénévole).

Comme dit le dicton, il faut exorciser ses démons et pour moi, Mickaël, tu es un ange. »

LJM. Un jeu de pomme. Neuf en boîte.

Âne 18cm. Longueur et hauteur 14cm. Très bel état.

Boîte à gâteaux illustrée par Bozz de scènes d'enfants. Très bel état.

Hochet en celluloïd Pierrot 20cm. Très bel état.

Le paon Hebo fabriqué par Hans Eberl à Nuremberg. Très bel état dans sa boîte.

Le scarabée DR USA. Etat neuf dans sa boîte.