Cartes postales, cartes à système


 

Sept ans plus tard, je m’adresse à la nouvelle mairie, où le siège de l’association a été déplacé. Pour avoir festoyé près de mon maire et de sa femme, je sais que ce sont de bons vivants et amoureux de la vie, des Gaulois comme je les aime. Je me risque à demander une subvention pour pérenniser l’œuvre en arrêtant de sacrifier l’humain, et sans qu’il soit nécessaire d’une grande dépense : il suffit de financer un site déjà réalisé « de mille et une pages » et bien référencé sur les moteurs de recherche d’internet :

 

 

 

« Bonjour Nicole,

 

Jespère que ta bronchite est guérie. Fais attention : pour ma sœur, qui a à peu près ton âge, cela a continué en laryngite (peut-être due à des problèmes de thyroïde quelle me cache un peu, qui seraient des conséquences des émissions radioactives de Tchernobyl chez beaucoup de femmes).

 

Je te joins le solde de lassociation reçu hier. Tu remarqueras que jai régularisé une erreur de plus de deux cent soixante-dix euros (avec mon propre argent) qui daterait davril dans la comptabilité.

 

Jajoute les statistiques jusquà ce matin. J’attends trois cents visiteurs damusantmusee.com le soir de Noël. Ces chiffres sont en progression par rapport à lan dernier et le site attire les touristes dans la région, même si ce nest que pour voir la façade... ils sont pourtant prévenus.

 

 

 

Tu sais, ton humour ma un peu blessé quand tu disais que jétais une pièce rapportée : je nai jamais été sabolien dans le sens où j’aurais apprécié la ville. J’ai même fait les gros titres des journaux parce que javais fait la grève pour demander de laide à monsieur F., qui na même pas bougé le petit doigt et ma laissé devenir un grand malade”, atterrir chez les schizophrènes et coûter de l’argent à lÉtat pendant quatorze mois, mais ma situation lui a été bénéfique, car je n’ai rien coûté à sa mairie ni à sa communauté de communes, qui na pas voté les subventions… Bref, jai été un bon pigeon. Jai vécu dans le désordre en Mayenne, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Poitou, Londres (East Ham), Nantes, Loir-et-Cher, Paris (XIIIe et XIe), Seine-Saint-Denis (Saint-Ouen), Indre-et-Loire, Sarthe (Le Mans, sept ans) et nai fréquenté quun voisin artiste, un handicapé moteur et deux handicapés psychologiques à Juigné en neuf ans sur place. Je me sens plus déraciné qu’autre chose, même pas français. Les Français me font honte pour la majorité, les seuls qui resteraient de mes amis sont morts (physiquement, cinq, dont mon prof dénergies douces, tué par monsieur M., je pense, qui, lui, est mort de vieillesse).

 

 

 

Donc, tu vois, les natifs de la Flèche sont pour moi des nantis : ma maladie coule de source parce que je suis déraciné. Je nai jamais vécu plus de sept ans dans une ville, plutôt en moyenne trois ans, j’ai suivi mes parents, changé de lieux d’études, puis je suis allé là où il y avait du boulot, y compris dans des hôtels, chez les amis ou la famille aussi, ne voulant pas non plus menterrer dans un métier sans avenir (j’ai oublié de comptabiliser La Louvière et Charleroi, en Belgique). Maintenant, jai létiquette handicapé à cause de Sablé, qui na pas fait ce quil faut, des “Fléchois” aussi qui, pour des rivalités de clocher, ne venaient pas au musée, et j’ai une promesse de retraite de trois cent quarante euros. France bien ingrate !

 

 

 

Jaurais la santé et Christiane plus de culture, si La Flèche ne massimilait pas, jirais au Canada. Là, la santé est plus prise au sérieux, mais ce nest pas moi, maintenant, qui vais vers une ville, je suis trop déçu de devoir les quitter quand je my attache : je ne cherche même pas à retenir le nom des rues, ma mémoire sy refuse, car elle a compris que cest sans aucun intérêt… pour partir après.

 

Alors si, à cinquante-trois ans (il y a trois jours), je peux finir non loin de mes parents, ça sera déjà une ambition, et soutenir ma mère, qui a suivi son mari sous traitement parce que lui ne voulait rien lui céder.

 

Je peux me vanter dêtre un des rares qui ne voie pas Sablé et La Flèche comme rivaux. Jespère que cela ne sera pas pris comme une provocation, mais comme un constat qui ne porte pas chance. De toute façon, ma planète, cest la lune et les chats...

 

 

 

Allez, bisous.

 

Damien. »