Remerciements

D’abord Merci à Annette qui, à travers ce livre, déjà habituée aux mails et avec qui j’ai beaucoup l’habitude de correspondre, m’a fait confiance avec et par l’intermédiaire de Paddy, ils se sont donnés à la réflexion sur le temps d’Être, proches malgré les distances.

Paddy, mon premier interlocuteur que je côtoie de plus en plus et apprécie, m’a soutenu par l’honnêteté, l’intégrité de son vis-à-vis, déjà, et m’a depuis plus d’un an permis de découvrir Annette « à distance », faute de pouvoir pour l’instant se rencontrer. Annette, à l’occasion d’une « fête des mères épistolaires », a été le moteur de la synthèse de nos échanges autour de la belle œuvre de l’association Siloé, très résumée dans « l’histoire d’Anna », association que je recommande de soutenir (les marges de ce livre collectif iront à Siloé). J’ajoute d’ailleurs cet échange qu’elle m’a fait parvenir qui décrit bien ce sens du partage, je dirais inné comme mûri :

« Oui, le rythme s’est accéléré et l’ambiance est parfois plus tendue dans tous les ateliers que j’ai connus moi aussi, plus préoccupés de la démarche d’accompagnement que du résultat.

Et ce n’est pas qu’un supplément d’âge ou de problèmes physiques.

, c’était un challenge, donc il fallait tenir le rythme pour la mise à l’eau d’Annette le jour et l’heure annoncés, mais il y avait une équipe avec plein de bénévoles, très compétents, passionnés et qui mettaient la réussite du projet en avant.

Toujours le plus sera dans le partage. »

Merci énormément à Morgane, qui a très spontanément accepté de divulguer des échanges, nous ne nous y attendions pas, ni elle, ni moi, exprimés sur un réseau social en privé. Il a fallu un moment d’inspiration pour que, en témoignant de l’authenticité de « Marc et le monument », je voie l’aspect prépondérant dans le livre d’une belle voix et de notre jeunesse qui se résume pour moi à cette phrase :

« J’ai effectué une première lecture (je suis en cours et donc je n’ai pu que survoler). J’aime beaucoup cette idée d’échange, cette idée de lecture où l’on découvre la profondeur d’une discussion saine et sans vice. »

Merci à Marc, Monique, Jacqueline, ainsi que Christiane d’avoir prêté leur image, au sens propre et figuré, autour de la mémoire d’un monument, d’évènements, de concepts, dont l’écrit fait partie. Merci à Marc de façon prioritaire, avec Denise, sa maman, qui, autour d’une table qu’elle disait « simple », était si pleine de chaleur et de richesses.

J’insiste sur le fait de ne pas mettre de patronyme avec les prénoms, même celui de Christiane, qui est omniprésente pour moi, jours comme nuits, durant ces écrits. Échanger avec les prénoms seulement était la preuve d’authenticité des personnages et permet autant de se mettre dans leur peau que de leur laisser leur intimité. Me concernant, pour le côté Intime et collectif, je me suis nommé par mon « petit nom ».

Merci donc aussi à Jean-François et Karine d’avoir témoigné sincèrement dans la première partie.

Merci à Sandrine, « notre incorrigible correctrice J ».